Les chemins de St Jacques de Compostelle

Le pèlerinage de Saint-Jacques a profondément marqué l’architecture de la Navarre au XIIème siècle. Le pays va se couvrir d’un réseau d’églises romanes et de fondations dues aux ordres hospitaliers.

Saint Félix de Garris devient un point d’ancrage d’un centre de peuplement sur la grande route de pèlerinage conduisant à Compostelle. Le nom de « Sanctus Felix de Garris »est mentionné dans le «Cartulaire de Sorde » dès 1120. La ville neuve fortifiée sera construite en s’appuyant sur l’église dominant la vallée.
Les pèlerins empruntent la voie de Tours qui passe par Dax puis Garris, utilisant l’ancienne voie romaine. Du Xème au XVème siècle, c’est par dizaine de milliers que les pèlerins vont piétiner les routes tracées par les légions romaines.

Le pèlerinage attise aussi la convoitise des seigneurs locaux dans la perception des péages sous prétexte de protection.

Ville Neuve fondée au XIIème siècle, Garris fut une ville royale riche et prospère comme en témoigne la remarquable architecture médiévale des maisons que l’on peut admirer dans le vieux bourg. A l’entrée de la ville se dresse une colonne au carrefour de Pelegrinia, symbolisant le passage des pèlerins.

 

Au début du second millénaire la société est divisée en trois : ceux qui combattent, ceux qui prient et ceux qui travaillent les soldats, les clercs et les paysans. Mystique et prétexte politique, la Reconquête, puis la Croisade sont des expéditions pénitentielles, liées au pèlerinage de Saint- Jacques. Les nombreuses hôtelleries et auberges de Garris permettant aux pèlerins de trouver gîte, couvert et sécurité sont la preuve de la vitalité du chemin et de l’importance de Garris comme carrefour commercial et jacobite.